Travailler à Stavanger

La recherche d’emploi à Stavanger

En fonction de votre formation, expérience mais également du contexte économique, la recherche d’emploi peut s’avérer plus ou moins difficile.

Si vous n’êtes pas ingénieur et que vous ne cherchez pas un emploi dans le secteur du gaz et du pétrole, nous vous conseillons vivement d’apprendre le norvégien. Les locaux ont beau parler un parfait anglais, les sociétés privilégieront les candidats capables de s’exprimer en Norvégien et vous trouverez fréquemment dans vos recherches d’emploi des offres exigeant un bon norvégien écrit et parlé ! Ceci étant dit, la règle s’applique moins dans les sociétés internationales.

Plusieurs solutions s’offrent à vous pour rechercher un emploi :

  • Inscrivez-vous à la NAV (équivalent du Pôle Emploi) et n’hésitez pas à rencontrer quelqu’un sur place également qui pourra vous informer sur le contexte actuel, les différentes démarches à effectuer et vous donner divers conseils. Vous trouverez également sur leur page Internet une liste d’offre d’emploi dans des secteurs très variés, la plupart sont en norvégien mais vous pourrez en trouver quelques-unes en anglais : http://www.nav.no/
  • FINN : le site d’annonces en tout genre en Norvège dont des offres d’emploi (JOBB) : http://www.finn.no/

Attention cependant, vous trouverez les mêmes annonces plusieurs fois postées par différentes sociétés de recrutement. Beaucoup d’offres en norvégien, quelques-unes en anglais notamment dans le secteur pétrolier.

  • Les sociétés de recrutement ou agences Interim. Vous en trouverez plusieurs à Stavanger. Vous les trouverez sur Finn ou bien par recherche Google.
  •  De nombreuses sociétés mettent également leurs annonces sur Linkedin (pour ceux qui possèdent un compte, ne pas hésiter à aller regarder de temps en temps).
  • La Chambre de Commerce de Stavanger « Rosenkilden » via son programme INN (International Network of Norway) organise de temps en temps des conférences concernant le marché de l’emploi à Stavanger ou des séances de travail autour de la rédaction du CV. Ne pas hésiter à se rendre sur leur site pour voir le programme:http://www.rosenkilden.com/ et INN

D’ordre général, n’hésitez pas à vous présenter en personne dans les sociétés, les Norvégiens privilégiant le contact humain et la personne elle-même parfois plus que son expérience.

Les recherches à l’étranger sont souvent laborieuses et difficiles, ne perdez pas espoir dès le début si vos recherches sont infructueuses et persévérez! En attendant de trouver votre bonheur, il est possible de s’occuper à travers une activité bénévole dans les nombreuses associations de la région, lors des festivals ou pourquoi pas au sein de Stavanger Accueil! 😉

Enfin notez que la société Guide Kompaniet, dont les guides de toutes nationalités accueillent les visiteurs venus par bateaux croisières pendant la saison touristique (mai-septembre) afin de leur faire visiter Stavanger et sa région, recherche très souvent des guides francophones ! La formation est de 3000 Nok et a lieu en février et mars :http://www.guidecompaniet.no/

S’installer en tant qu’auto-entrepreneur

Toutes les démarches se font via Altinn (www.altinn.no) et Skatettaten (http://www.skatteetaten.no) en ligne. Il est plus simple et plus rapide de se lancer en tant qu’auto-entrepreneur en Norvège qu’en France. Il n’y a cependant pas de salaire minimum ni de grilles de salaire. Il faut donc se renseigner auprès de la concurrence pour proposer des tarifs qui correspondent au marché. Vous devrez évaluer un salaire sur l’année à venir, les taxes seront alors calculées directement et vous recevrez une facture en début d’activité. S’il s’avère que le salaire annuel est différent du calcul de départ, les taxes seront recalculées à la fin de l’année et soit vous serez remboursés, soit vous devrez payer un supplément.

Le travail en tant qu’employé à domicile (cas de la nourrice à domicile)

Dans le cas des « dagmamma », c’est-à-dire des nourrices, la profession est moins réglementée qu’en France. Toute personne voulant s’occuper d’enfants peut se déclarer « dagmamma ». Vous n’aurez pas la visite d’une assistante sociale.  Il n’y a pas non plus de grilles de salaire. Le prix demandé varie en fonction du nombre d’enfants gardés et des qualifications de la dagmamma. Pour votre information, le prix horaire varie entre 40 NOK et 100 NOK. Les parents se déclarent comme employeurs et la dagmamma est l’employée.

D’autres types de travaux à domicile peuvent nécessiter un contrat, comme les femmes de ménage, travailleurs du bâtiment, jardiniers…

Ci-dessous le lien où vous pouvez télécharger un contrat de travail type :

http://www.arbeidstilsynet.no/binfil/download2.php?tid=90891

Les professions médicales

Vous devez vous enregistrer auprès d’un organisme permettant d’établir les équivalences de diplômes.

Voici le lien : https://helsedirektoratet.no/english/authorisation-and-license-for-health-personnel

Pour travailler au sein d’une institution norvégienne ou d’un hôpital, le « Bergen test » est demandé.

Allocations chômage

Vous pouvez toucher une allocation chômage basée sur vos revenus. Pour toucher cette allocation vous devez avoir gagné au moins 1,5 fois le montant de base de la sécurité sociale ( Grunnbeløpet) voir le tableau ici ou alors au moins 3 fois ce même montant sur les 3 dernières années. Vous retrouverez toutes les informations sur le site de la NAV.

De même, lorsque vous démissionnez pour suivre votre conjoint, vous avez droit au chômage français et il est possible de faire transférer vos droits au chômage en Norvège suivant certaines conditions, voir ici et ici. À savoir, vous devez avoir été demandeur d’emploi au moins 4 semaines avant votre départ pour la Norvège pour pouvoir en bénéficier.

Share on Facebook0Tweet about this on Twitter0Share on Google+0Email this to someonePrint this page